Recherche

Le Blogue

Bulletin électronique

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les derniers articles du blogue.

J'ai lu et accepte la Politique de confidentialité de ce site

Informations

Suivez-moi !

Suivre sur Twitter Suivre sur Facebook Suivre sur Linkedin Suivre sur Google+ Suivre sur YouTube S'abonner au fil RSS
Application Prisma

Prisma, l’application dont tout le monde parle… après Pokemon Go

Publié le 25 juillet 2016 | Mobilité | 0 commentaire

L’application de l’heure, pour ne pas dire de l’été, est sans contredit le jeu Pokémon Go. Je l’ai d’ailleurs installé, mais je résiste encore à l’ouvrir (ce sera un projet de vacances pour un article à mon retour). Derrière ce buzz s’en cache un autre : l’application de photo artistique Prisma que j’ai testée et que je vous présente ici.

Pokémon Go, je ne vois que cela depuis deux semaines sur mes fils d’actualités et mes sources d’informations. C’est la folie, il y a des Pokémons partout. Un tel « buzz » fait souvent oublier les autres, plus petits, comme celui de l’application de photographie Prisma.

Prisma, l’application qui transforme les photos en œuvres d’art

Prisma est une application photo pour appareil mobile qui se démarque par le rendu spectaculaire de ses transformations. Devenue virale après son lancement sur iOS en juin dernier, elle est maintenant offerte aussi sur Android et suscite déjà un grand engouement.

À première vue, il ne s’agit là que d’une application photo comme bien d’autres, dont Instagram. Comme cette dernière, Prisma permet de prendre une photo ou d’en choisir une dans la galerie d’images de son téléphone, puis de lui appliquer simplement un filtre. Elle ne fait que ça d’ailleurs, mais elle le fait bien. Comme les autres, elle permet aussi de partager le résultat sur un réseau social comme Facebook ou même Instagram, de même que de le télécharger.

Une application comme les autres disais-je donc ? Oui et non…

En fait, il est possible de constater rapidement pourquoi Prisma se démarque de plusieurs applications concurrentes. D’abord, il n’y a aucun compte à créer. Après avoir téléchargé et lancé l’application, on peut déjà l’utiliser. De plus, il n’y a aucune publicité, pour l’instant du moins. Mais c’est surtout l’originalité des images générées par Prisma qui impressionne.

En effet, Prisma transforme une simple photo en œuvre d’art. Les filtres offerts s’inspirent de plusieurs styles artistiques et des peintres connus comme Van Gogh, Munch et Picasso. Divers algorithmes basés sur l’intelligence artificielle sont utilisés pour appliquer les effets sur la photo originale. Que ce soit un égoportrait (selfie) ou un paysage, le résultat est convaincant. Prisma brille aussi par sa simplicité. On sélectionne un filtre qui est appliqué, on choisit l’intensité de l’effet en glissant son doigt horizontalement et c’est tout.

Voici un essai avec une photo du Fjord du Saguenay prise récemment (cliquez la photo pour agrandir) :

Essai Prisma 1

Et voici un essai avec une photo de ma tasse Intercar prise ce midi :

Essai Prisma 2

Il y a quand même quelques points négatifs à cette belle application

D’abord, il faut savoir que Prisma n’effectue pas la transformation des photos directement dans l’appareil. Le tout se passe sur les serveurs informatiques utilisés par les développeurs de l’application. Or, devant la forte popularité de celle-ci, le délai de traitement des photos est parfois très long, quand il n’aboutit pas simplement à une erreur comme celle que j’ai reçue à mon premier essai :

Erreur Prisma

À ce sujet, certains n’apprécieront peut-être pas le fait que les photos originales soient envoyées directement sur un serveur distant où une compagnie peut en faire ce qu’elle veut. Avec Instagram ou une autre application du genre, tout se passe en « local » sur l’appareil et on envoie que le produit final si l’on désire le partager.

Ensuite, si la qualité du rendu photographique est très intéressante, celle du fichier traité l’est moins. Une image transformée par Prisma a une taille de 1080 x 1080 pixels. Cela est bien pour une visualisation sur mobile, mais sur ordinateur ou pour l’impression c’est plus limité. Pire encore, la photo originale capturée par l’application sur mon appareil ne fait que 810 x 810 pixels (j’ai pourtant un Galaxy Note 5 qui prend des photos de 16 mpx !).

Outre cela, Prisma ajoute un filigrane (watermark) sur les photos. Heureusement (ou malheureusement pour les développeurs), cela peut être désactivé dans les réglages.

Prisma reste quand même déjà une belle application qui fera sûrement le buzz encore quelque temps. À essayer…

Télécharger Prisma pour iOS :
https://itunes.apple.com/ca/app/id1122649984?l=fr

Télécharger Prisma pour Android :
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.neuralprisma

Publicité

Partagez cet article !

Récemment dans « Mobilité »

Sujets connexes

Laisser un commentaire

Nom *

Adresse de courriel *

Site Web

Commentaire *

Merci de commenter cet article. Tous les commentaires publiés sur ce blogue sont modérés et soumis à mon approbation. Votre adresse de courriel est requise, mais ne sera pas visible publiquement.

Consultez la politique de confidentialité de ce site Web pour en savoir plus sur la collecte, la conservation et l'utilisation de vos données personnelles.

Liens vers cet article :

  1. […] était bien écrit, je préfère vous inviter à le consulter pour connaitre ses impressions : Prisma l’application dont tout le monde parle après Pokemon Go. Bonne […]