Bulletin électronique

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les derniers articles du blogue.

Suivez-moi !

La note Techno

La note techno : édition du 3 juin 2012

Publié le 3 juin 2012 | Internet | 0 commentaire
Crédit image : ToshiroFrog | deviantart.com

C’est maintenant une habitude de publier mon condensé des actualités technologiques et Internet de la semaine un peu plus tard durant le weekend, précisément le dimanche. Voici donc les grands titres qui ont retenu mon attention sur les différents blogues et mes réseaux sociaux au cours de la semaine. C’est la seizième édition de « La note techno ». Merci de la suivre… Bonne lecture !

Flame, logiciel espion le plus puissant découvert à ce jour. Outil à télécharger…

Une menace particulièrement puissante a été découverte cette semaine par Kaspersky, éditeur russe de solutions antivirus. Certaines sources parlent d’une découverte plutôt par le CERT, organisme national iranien, en mai dernier. Quoi qu’il en soit, Flame (ou Flamer) serait le troisième logiciel espion le plus sophistiqué jamais découvert après DuQu et Stuxnet. Le premier était spécialisé dans le vol de données, tandis que le deuxième, encore plus virulent que le premier, avait attaqué les installations nucléaires iraniennes en 2010. Le nouveau virus toucherait principalement le Proche et le Moyen-Orient (Iran, Liban, Soudan, Syrie, Israël, etc.).

Flame serait une combinaison de plusieurs technologies virales, reprenant celles des vers, des chevaux de Troie et des logiciels espions. Les éditeurs en sécurité en sont encore à analyser la menace qui est plus complexe que les autres logiciels de ce type ayant été découverts. Le virus peut entre autres collecter des données à distance, activer le micro d’un PC et enregistrer l’audio (conversations), se connecter à des messageries instantanées, modifier les réglages de la machine, faire des captures d’écran et récupérer des documents. Tout cela, sans se faire remarquer et en s’autodétruisant une fois sa tâche accomplie (source : Docteur santé).

Kaspersky croit que ce virus est trop sophistiqué pour avoir été conçu par un groupe d’individus. Il relève selon l’éditeur d’une création d’un État, d’un gouvernement. Simple rumeur? Coïncidence, le New York Times a dévoilé hier que le virus Stuxnet, dont je parlais plus tôt, a été développé conjointement par les États-Unis et Israël en 2010 pour attaquer la centrale nucléaire de Natanz (lire cet article de 01net). On peut penser avec raison qu’à l’avenir, les guerres seront bel et bien informatiques!

Pour le moment, seul l’éditeur BitDefender propose un outil pour détecter et supprimer le virus Flame, du moins une de ses variantes. Il semble que la menace ne touche pas les systèmes d’Apple et Linux. Vous pouvez le télécharger ici pour votre version de Windows (32 ou 64 bits) : http://labs.bitdefender.com/2012/05/cyber-espionage-reaches-new-levels-with-flamer/.

Telus débloque maintenant les iPhone

On m’a posé la question cette semaine sur Facebook afin de savoir ce qu’est un téléphone verrouillé, voici ce que j’ai répondu. Un téléphone est verrouillé par l’opérateur (Telus, Bell, Rogers et autres), ce qui veut dire qu’après votre contrat de deux ou trois ans, ou même si vous décidez de résilier celui-ci pour une raison ou une autre, il sera impossible d’utiliser votre téléphone avec un autre opérateur (l’appareil ne reconnaît que la carte SIM de l’ancien fournisseur de services). Par exemple, si votre iPhone n’a que deux ans et que vous désirez le conserver, si vous allez chez un autre opérateur vous n’aurez d’autre choix que d’acheter un autre téléphone avec cet opérateur puisqu’il ne peut pas mettre dans votre ancien appareil votre nouvelle carte SIM.

L’avantage maintenant d’avoir un téléphone débloqué est que vous pouvez prendre votre iPhone avec n’importe quel opérateur, peu importe celui qui vous l’a vendu. Au bout du compte, vous avez une certaine liberté quant au choix de l’opérateur qui va offrir votre nouveau forfait de téléphonique mobile pour le même téléphone.

Rogers (et Fido) propose déjà à ses clients de déverrouiller leur iPhone. Toutefois, cela n’est possible qu’à la fin de l’entente du contrat de deux ou trois ans. Ce qu’offre Telus depuis le 1er juin, c’est la possibilité de débloquer votre iPhone même si le contrat avec l’opérateur n’est pas terminé. Évidemment, certaines conditions s’appliquent : il vous avoir acheté son appareil préalablement chez Telus, avoir un compte postpayé depuis au moins 90 jours et débourser la modique somme de 50 $.

À noter qu’il est aussi possible de déverrouiller d’autres appareils, notamment certains modèles fonctionnant sous Android. Voici une page de Telus à consulter : http://www.telusmobility.com/fr/QC/Unlock-Device/unlocking_your_device.shtml

Nouvelle rumeur, sérieuse, d’un téléphone Facebook et du rachat du navigateur Opera

Cette rumeur a déjà circulé depuis l’année dernière sur le Web. L’éventualité d’un téléphone intelligent signé Facebook a refait surface cette semaine. Depuis l’entrée en Bourse du réseau social que plusieurs considèrent comme un échec (l’action démarrée à 38 $ a chuté de 28 % en deux semaines), on spécule beaucoup de choses à propos de l’avenir de Facebook. Ce dernier, dans la crainte de ne devenir qu’une app mobile, voudrait proposer son propre appareil à ses membres. Entre vous et moi, nos téléphones ne sont-ils pas déjà des appareils Facebook? Qui d’entre vous qui êtes sur le grand réseau n’ont pas la ou les applications Facebook (Camera, Messenger, etc.) sur son appareil mobile? Le nouveau téléphone serait déjà en développement avec une équipe de programmeurs qui aurait déjà travaillé sur l’iPhone et l’iPad d’Apple…

Ce qui pourrait sembler qu’une simple rumeur lancée par le New York Times prend une certaine crédibilité avec les autres nouvelles liées à Facebook ces derniers temps. Pensons au rachat récent d’applications mobiles comme Instagram (1 milliard de dollars) et son concurrent Lightbox (sous Android). Également, la sortie de son application mobile Facebook Camera la semaine dernière (lire cet article sur mon blogue) et le dévoilement le 9 mai dernier d’une future boutique d’applications dédiées au réseau social. Il est évident que Facebook veut maintenant dominer le marché du mobile comme il l’a fait avec le Web.

Autre son de cloche, selon certaines sources Facebook procèdrait prochainement au rachat de la compagnie Opera Software qui développe le navigateur du même nom (Web et mobile). Une décision récente de Facebook vient d’ailleurs appuyer la véracité de ladite rumeur. En effet, le réseau a modifié sa page des navigateurs recommandés pour une meilleure expérience sur son site. Il a délogé Google Chrome aux côtés d’Internet Explorer et Firefox pour proposer plutôt le navigateur Opera (voir cette image sur mon Pinterest). Drôle de coïncidence, non? Opera est bien aimé de ses utilisateurs qui prétendent qu’il est le plus rapide sur le marché, mais il demeure tout de même au bas du classement des navigateurs les plus utilisés dans le monde. Chrome, pour sa part, vient de surclasser Internet Explorer dans la plupart des pays du monde.

Je n’ai pas mentionné ici une autre information qui spécule le rachat par Facebook de Face.com, entreprise spécialisée dans la reconnaissance faciale (pour intégration dans son app mobile?). Le New York Times affirme que le téléphone de Facebook pourrait sortir sur le marché dès 2013.

Google propose les abonnements payants dans les applications

Il y a un an, Google permettait aux développeurs d’ajouter ce qu’on appelle des « In-app » dans leurs applications Android. Vous téléchargez une application gratuitement et si vous souhaitez obtenir plus de contenu dans celle-ci (niveaux supplémentaires dans les jeux ou autres fonctions dans l’application), vous payez pour les extra. Cette semaine, la société a annoncé la possibilité d’instaurer dans une application l’abonnement mensuel ou annuel à un service. Apple propose déjà cette fonctionnalité depuis un moment. Elle est utilisée entre autres par les magazines et les journaux électroniques. En consultant le contenu gratuit, vous pouvez à tout moment souscrire à l’abonnement payant directement depuis l’application pour consulter le contenu payant.

Voilà une nouvelle façon pour Google de faire de nouveaux profits avec sa boutique. Comme les applications payantes et « In-app », la société percevra 30 % des revenus générés par les abonnements dans les applications. Même si Android connaît en ce moment une croissance fulgurante, la boutique de Google lui rapporte moins que l’App Store pour Apple. La raison principale est qu’un grand nombre d’applications dans Google Play sont gratuites, contrairement à la boutique d’Apple qui propose davantage d’applications payantes.

Nouvelles intégrations avec le réseau social Google+

À peu près tout le monde doit savoir maintenant que je préfère l’ergonomie simple et efficace de Google+ à celle toujours plus compliquée de Facebook. Malheureusement, le grand public ne semble pas adopter aussi massivement le réseau de Google que les professionnels (et les photographes qui sont en grand nombre dans mes cercles). Afin de toujours se démarquer un peu plus du réseau aux 900 millions d’utilisateurs, Google procède à diverses intégrations de son réseau social à ses nombreux services.

Plus tôt dans la semaine, une nouvelle fonctionnalité faisait son apparition sur Google+ nommée « Local ». Cette dernière intègre notamment le service Zagat racheté par Google en 2011. ll permet de noter et de classifier des lieux (restaurants, hôtels, musées, etc.) avec des certains critères d’appréciation. Par exemple, pour un restaurant, le public peut noter le lieu sur son décor, sa nourriture et le service. Les lieux peuvent être trouvés depuis la recherche de Google, son réseau social, de même que ses autres services Web ou mobiles comme Maps. Chaque endroit possède alors une page Google+ proposant des photos, des informations utiles, des commentaires des visiteurs et plus. La nouveauté est accessible depuis un nouveau bouton à la gauche de notre profil Google+.

Par ailleurs, un peu plus tard dans la semaine, un message affiché sur certains comptes Google depuis le service Agenda laissait entrevoir une intégration imminente de Google+ avec notre calendrier. Cela veut donc dire que l’on pourra bientôt créer des évènements dans notre agenda et inviter les contacts de ses cercles Google+ à participer. Une intégration qui a, selon moi, un net avantage par rapport à Facebook qui propose depuis longtemps la programmation d’évènements. On peut penser que cette nouvelle fonction permettra, entre autres, d’inviter ses contacts pour la diffusion d’une bulle en direct (conférences, spectacles et autres avec les Hangouts). Encore une bonne raison pour vous d’essayer Google+ (voici mon compte).

Enfin des rôles administrateur et l’envoi en différé sur les pages Facebook

Si Google+ propose des améliorations et nouveautés, Facebook le suit de près. Voici donc encore une fois une nouvelle dans cette note techno qui traite de changements sur le grand réseau bleu. Elle est destinée notamment aux personnes qui ont créé une page Facebook. Jusqu’à maintenant, il était possible de nommer un de ses contacts (la personne doit effectivement faire partie de nos amis Facebook) comme administrateur pour gérer sa page. Toutefois, un problème existait réellement avec cette possibilité. Il est arrivé que des personnes me demandent de l’aide parce qu’un administrateur de la page les avait retirés de celle-ci. Ces personnes étaient pourtant celles qui avaient créé ladite page.

C’est maintenant chose du passé. Facebook instaure sur les pages des rôles administrateur. Ceux-ci permettent ainsi au créateur d’une page de définir quels seront les privilèges des personnes qui auront à la gérer. Ces rôles sont Manager (Gestionnaire), Créateur de contenu, Modérateur, Annonceur (gestion de la publicité) et Analyste de statistiques.

Outre cette nouveauté, il est maintenant possible de programmer à l’avance des publications sur sa page. Chose qui n’était possible qu’avec des outils externes à Facebook comme HootSuite (que j’utilise notamment pour Twitter). La programmation peut se faire jusqu’à six mois à l’avance.

Je vous invite à lire l’article de Benoit Descary à ce sujet qui vous donnera plus de détails : http://descary.com/pages-facebook-roles-administrateurs-et-publications-differees

67 millions de consoles Xbox 360 vendues

Les blogues technologiques et spécialisés en jeux vidéo parlent souvent de l’avenir des consoles, notamment celles qui remplaceront les populaires PlayStation 3 et Xbox 360. À propos de cette dernière qui a été lancée en 2005, Microsoft a annoncé avoir vendu plus de 67 millions d’unités depuis son lancement. Un chiffre plutôt impressionnant puisque de nombreuses personnes, tant du côté professionnel que du grand public, étaient sceptiques quant à la viabilité de la console. Il faut donner le crédit surtout à la Kinect qui a amené une nouvelle façon de jouer. Vous n’avez plus besoin de manette de jeu, c’est vous maintenant la manette.

Dans la génération actuelle de consoles, la Xbox 360 détiendrait 47 % des parts de marché. Selon le NPD Group, elle a rapporté à Microsoft plus de 56 milliards de dollars depuis sa sortie. Selon les experts, il faudra attendre au moins trois ans avoir de voir arriver la nouvelle génération qui remplacera la Xbox 360. Nul doute qu’elle continuera à concurrencer fièrement la Wii de Nintendo et la PlayStation 3 de Sony.

Le secteur des jeux vidéo vibrera cette semaine à l’E3

Comme chaque année avant l’été se tiendra du 5 au 7 juin 2012 le plus grand évènement mondial dans le domaine des jeux vidéo. L’Electronic Entertainment Expo (E3) se tiendra au Centre de convention de Los Angeles. Pour l’occasion, les plus grands acteurs dans ce domaine se réuniront pour présenter les nouvelles tendances, tant du point de vue des titres offerts (jeux) que des consoles et les accessoires liés à celles-ci. Plus de 50 000 professionnels sont attendus sur les lieux, dont l’espace correspond à l’équivalent de neuf terrains de football.

Plusieurs rumeurs seront confirmées ou infirmées durant l’E3. Des conférences données par Microsoft, Electronic Arts, Ubisoft, Sony et Nintendo le 4 juin donneront le coup d’envoi à cette 12e édition qui s’annonce mouvementée. Nintendo pourrait notamment annoncer la commercialisation de sa Wii U qui remplacera la Wii actuelle. De leur côté, Sony et Microsoft donneront sûrement plus de détails à propos des successeurs de la PlayStation 3 et de la Xbox 360. Même si une sortie à court terme de ces nouvelles consoles s’avère peu probable, les millions de joueurs auront au moins de quoi patienter avant la nouvelle génération où la 3D pourrait être implémentée.

Plusieurs sites d’information proposeront des dossiers sur l’E3. Pour ma part, je vous donnerai les bonnes sources durant l’évènement sur mes réseaux sociaux. Vous pouvez déjà mettre en favoris le dossier de Canoe, celui de Jeuxonline.ca, de même que le site Jeuxvideo.com qui est un incontournable et français (ce qui veut dire qu’au Québec, vous aurez sûrement les nouvelles avant la diffusion sur nos médias).

Des lentilles de contact qui indiquent la glycémie chez les diabétiques

La chanteuse américaine Lady Gaga est depuis un bon moment déjà la reine des réseaux sociaux. De nouvelles statistiques parues cette semaine prouvent encore une fois qu’elle est la plus populaire sur Twitter. Alors qu’elle a déjà été la première vedette à passer le cap des 10, 15 et 20 millions d’abonnés sur ce réseau, elle a atteint maintenant la barre des 25 millions de membres qui la suivent dans ses tournées par le moyen du site de micro-blogging. Fait intéressant à noter, 7 des 10 vedettes ayant le plus d’abonnés Twitter sont des artistes de la Pop. Parmi ceux-ci l’on compte le chanteur Justin Bieber avec ses 22,7 millions d’abonnés et Katy Perry qui se « contente » d’un 20,6 millions d’abonnés.

Chaque jour, quelques dizaines de milliers de personnes s’abonnent au compte Twitter de Lady Gaga. Lorsqu’elle a atteint son nouveau record, la star a déclaré sur son compte : « Je suis officiellement la fille la plus chanceuse du monde aujourd’hui ». Outre Twitter, Lady marque sa présence sur sa page Facebook avec 51 millions de fans. Ici, par contre, elle ne domine pas le réseau puisque c’est plutôt le chanteur de Hip-Hop Eminem qui en haut du classement avec ses 57 millions d’adeptes.

Des chiffres impressionnants qui me font sentir petit avec mes quelque 5 300 abonnés Twitter. Évidemment, je dis cela pour blaguer et user un peu d’ironie, car je me considère privilégié, au Québec, d’avoir autant de personnes qui suivent mes informations et mes opinions. Je tiens d’ailleurs à remercier ceux et celles qui font partie des mes abonnés (et pourquoi pas les autres qui le seront peut-être un jour!).

Reconnaissez facilement vos contacts avec l’application Evernote Hello sur Android

J’ai un problème de mémoire. Je ne suis pas le seul d’ailleurs. Étant submergé d’informations chaque jour, il arrive que j’aie de la difficulté à reconnaître les gens, et ce, même dans la vie réelle. En fait, je me souviens généralement des visages. Ce sont plutôt les circonstances de la rencontre qui m’échappent. Je disais ne pas être le seul à avoir ce problème, car lorsque j’ai sorti la nouvelle cette semaine, plusieurs personnes ont avoué la même chose. Pour les petites mémoires comme la mienne, il y a alors une application pour se souvenir des personnes que l’on rencontre dans la rue, dans les réunions et autres.

Evernote est un outil de prise de notes que je ne pourrais plus me passer. Utilisé autant au travail pour avoir sous la main des bouts de code de programmation que je trouve sur le Web que sur la route pour me souvenir des courses à faire, il est devenu avec le temps un indispensable qui me suit partout. Il est possible d’accéder au service (donc à ses notes) à partir du Web ou du logiciel installé sur son ordinateur, de même que sur son téléphone intelligent. Evernote est enrichi de quelques outils supplémentaires qui peuvent être utilisés indépendamment de l’application principale. Hello en est un exemple.

L’objectif de cette application est de changer la façon dont nous ajoutons et gérons nos contacts dans notre téléphone et ailleurs. Vous rencontrez une personne, avec son accord prenez une photo d’elle, ajoutez des informations comme le numéro de téléphone, l’adresse de courriel et son compte Twitter. La beauté de la chose est qu’elle utilise la géolocation pour se souvenir de l’endroit et du moment où vous avez rencontré ce contact. Une fonction magique pour moi.

Ce n’est évidemment pas tout. L’application se greffe de façon intelligente à votre carnet d’adresses, votre journal des appels et autres pour « prédire » les personnes que vous pourriez rencontrer aujourd’hui. Par exemple, en utilisant votre agenda et votre calendrier, Hello sera en mesure de vous informer que cet après-midi vous rencontrerez un client et vous affichera sa fiche informative accompagnée de sa photo.

Evernote Hello était offerte sur iPhone depuis plusieurs mois déjà. C’est donc une bonne nouvelle de la voir arriver sur Android. Vous pouvez télécharger l’application ici : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.evernote.hello. Je vous propose également de lire cet article publié sur le blogue de Evernote qui vous donnera des informations détaillées et complètes à propos de cette application : http://evernote-fr.tumblr.com/post/24119639860/evernote-hello-pour-android-est-arrive.

Rendez-vous donc le week-end prochain pour la dix-septième édition de La note techno. Bonne semaine !

Partagez cet article !

Publicité

Récemment dans « Internet »

Sujets connexes

Laisser un commentaire

Nom *

Adresse de courriel *

Site Web

Commentaire *

Merci de vouloir commenter cet article. Notez que tous les commentaires publiés sur ce blogue sont modérés et soumis à mon approbation. Votre adresse de courriel est requise, mais ne sera pas visible publiquement.