Recherche

Le Blogue

Bulletin électronique

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les derniers articles du blogue.

J'ai lu et accepte la Politique de confidentialité de ce site

Informations

Suivez-moi !

Suivre sur Twitter Suivre sur Facebook Suivre sur Linkedin Suivre sur Google+ Suivre sur YouTube S'abonner au fil RSS
La note Techno

La note techno : édition du 7 avril 2012

Publié le 7 avril 2012 | Internet | 0 commentaire
Crédit image : ToshiroFrog | deviantart.com

Chaque semaine, je rédige un article proposant un condensé des informations technologiques qui ont retenu mon attention sur les différents blogues et mes réseaux sociaux. Voici donc la neuvième édition de ce que j’appelle « La note techno », pour finir la semaine … sur une bonne note !

Les lunettes intelligentes de Google déjà en test

C’est peut-être l’information que j’ai vue circuler le plus sur mes fils de nouvelles. J’avais déjà parlé des lunettes de Google dans La note techno du 25 février 2012. Cette semaine, la société a dévoilé son projet qui a déjà commencé à être testé aux États-Unis. Franchement, l’idée est plutôt intéressante et impressionnante à regarder. Imaginez, vous arrivez dans un endroit que vous ne connaissez pas. Vous êtes entouré de gens, de musées, de restaurants, de stations de métro, etc. Avec les lunettes de Google, vous n’avez plus besoin de votre téléphone ou de votre tablette pour obtenir l’information. Elle se présente devant vos yeux, pendant que vous regardez le décor.

Imaginez les informations qui se superposent aux bâtiments pour vous indiquer les menus des restaurants, la prochaine représentation du spectacle à l’affiche dans la salle qui se trouve de l’autre côté de la rue, les heures d’ouverture. Qui sait, il sera peut-être possible de faire des rencontres sympas en consultant le profil Facebook qui s’affiche au-dessus de la tête des jolies demoiselles ou messieurs que vous croisez dans cette même rue. Bon, je divague quelque peu.

Les possibilités sont nombreuses. Évidemment, je ne crois pas qu’elles puissent être utilisées au volant, à moins que les lunettes fonctionnant sous le système Android soient assez intelligentes pour afficher les informations au meilleur moment (lors d’un arrêt par exemple). Encore en prototype, ces lunettes n’ont pas de verres. Elles sont équipées d’un miniécran qui permet, entre autres, de téléphoner, prendre des photos, de se géolocaliser et de démarrer d’autres applications avec la voix.

La voiture volante devient réalité

La nouvelle est sortie au début de la semaine et comme beaucoup d’autres personnes j’ai cru à un poisson d’avril en retard. Mais le fait est bien réel. Une voiture a réellement volé pour la première fois aux États-Unis. Je vois enfin mon rêve de vivre en temps réel ma trilogie préférée « Retour vers le futur » pour 2015. Par contre, nous sommes loin de la DeLorean. Le prototype de la firme américaine Terrafugia baptisé « Transition » et qui a pu voler huit minutes n’est en fait qu’un petit avion qui peut circuler sur la route avec les ailes repliées. En mode voiture, l’engin mesure seulement 2,3 mètres de large et peut ainsi être stationné dans un garage. Son autonomie est de 787 kilomètres. La compagnie avait déjà développé une première version plus grosse de l’engin en 2009. La nouvelle génération ouvre la voie à la commercialisation d’un véhicule pouvant circuler autant sur la route que dans les airs.

Il faudra que l’entreprise californienne, qui affirme pouvoir commercialiser son véhicule avant la fin de l’année, travaille sur la méthode de décollage de son véhicule si l’on souhaite un jour s’envoler à tout moment pour éviter les embouteillages. « Transition » a besoin d’une piste de 762 mètres de long pour vous mener vers les nuages.

Des détails à propos de la Xbox 720, prochaine console de Microsoft

Je ne parle pas souvent de jeux vidéo sur les réseaux sociaux, et encore moins sur mon blogue. Mais c’est maintenant inévitable puisque l’on commence à voir circuler des informations concernant les prochaines consoles des principaux fabricants. Après certaines rumeurs concernant la console « Orbis » qui devrait remplacer la PlayStation de Sony (sujet abordé dans La note techno de la semaine dernière), voici que des informations sérieuses arrivent à propos de la Xbox 720 qui remplacera le modèle actuel de la console de Microsoft. C’est l’entreprise elle-même qui aurait communiqué les détails à ses partenaires, informations récupérées par le site VG247.

Semble-t-il qu’elle sera équipée, comme la PlayStation 3 de Sony, d’un lecteur Blu-ray. Elle proposerait également un processeur à 4 ou 6 coeurs conçu par AMD, de même que deux puces graphiques indépendantes produites par le même fabricant. Déjà que selon certains chiffres récents, la Xbox 360 serait utilisée davantage pour le multimédia que les jeux, on peut prévoir un usage encore plus poussé sur le contenu avec la nouvelle console qui sera vraisemblablement aussi puissante que les ordinateurs actuels. Fait à noter, une connexion permanente à Internet sera requise, sans doute pour limiter le piratage des jeux. Il faudra alors s’assurer de ne pas dépasser la limite imposée par le fournisseur Internet en ce qui concerne la bande passante.

Enfin, toujours selon les informations obtenues, la Xbox720 serait commercialisée aux alentours de Noël 2013. Patience…

IBM prépare le plus puissant télescope jamais construit

C’est un projet d’envergure chez le géant informatique américain IBM qui travaille, conjointement avec l’institut néerlandais de radioastronomie (ASTRON), sur un puissant télescope qui devrait voir le jour en 2024 (je sais, c’est encore loin). Construit sur une période de cinq ans au coût de 32,9 millions d’euros (environ 43 millions de dollars canadiens), l’appareil baptisé « Square Kilometre Array internationale (SKA) » pourra calculer dans une seule journée l’équivalent des données de la totalité du Web. Cela représente un exaoctet par jour, soit un milliard de gigaoctets. 3 000 antennes assureront la transmission des données vers un superordinateur écoénergétique ayant la puissance de 50 millions d’ordinateurs. Quel est le but de ce télescope? Explorer les origines de l’Univers !

Au Québec, les jeux vidéos seront enseignés au secondaire

Quelles sont les solutions pour diminuer le décrochage scolaire? Elles sont nombreuses, mais sont-elles toujours efficaces? Une idée a été dévoilée cette semaine. À l’automne prochain, le Collège Français. une école secondaire québécoise située à Montréal et à Longueuil, proposera des cours sur les jeux vidéo. Sachant que la province est parmi les plus gros producteurs de jeux vidéo dans le monde et que la main d’oeuvre ne suffit pas à la demande, on fait d’une pierre deux coups comme le veut le dicton.

L’initiative de ces cours, qui seront offerts à 40 étudiants pour la première classe, a été lancée par le studio norvégien Funcom à Montréal. Ce dernier mettra à la disposition des étudiants le savoir-faire et l’enseignement de ses 200 employés qui apporteront leur aide aux élèves qui pourront présenter leur projet au Sommet Internationl du jeu vidéo de Montréal.

Le cours sera proposé de base de la première à la troisième secondaire, à raison de six heures par semaine. Ils aborderont les thèmes de la culture numérique, de l’écriture de scénario et de la programmation de jeu vidéo. Les cours durant les deux autres années dans le programme seront facultatifs et destinés à ceux et celles qui désirent continuer dans cette voie. Ils seront donnés durant trois heures par semaine. Pour continuer, l’élève devra débourser une somme de 500 $ par année, en plus des frais d’inscription au Collège français s’élevant à 2 990 $.

Qui aurait dit qu’un jour, les jeux vidéo feraient leur entrée dans les écoles pour augmenter l’intérêt des jeunes pour les études ?

Art Project de Google : découvrez plus de 31 000 oeuvres des musées du monde, depuis votre domicile

Ce n’est pas un hasard que Google est l’outil de recherche le plus utilisé sur le Web. Il propose une énorme quantité de contenus indexés, notamment des livres numérisés gratuits. Il y a tout juste un an, Google lançait le site Art Project. Au moment de sa mise en ligne, le site indexait un peu plus de 1 000 oeuvres issues d’institutions différentes. Aujourd’hui, grâce à de nouveaux partenariats avec de nombreux musées, il offre 31 000 oeuvres célèbres que l’on peut découvrir depuis son ordinateur. Ainsi, 151 lieux d’exposition à travers le monde ont pris part au projet et ont permis à Google de numériser leurs oeuvres d’art.

Art Project ne permet pas seulement de visionner des oeuvres, mais aussi d’explorer l’intérieur de 46 musées à la manière du service Google Street View. Parmi ceux-ci, on retrouve des lieux français comme le château de Versailles et le château de Chantilly, de même que le MoMa de New York et le musée Van Gogh d’Amsterdam.

Pour consulter le Art Project, c’est par ici : http://www.googleartproject.com/fr/

L’application photo et réseau social Instagram débarque sur Android

Encore un autre réseau me direz-vous? En réalité, il est plutôt bien différent des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook, dans la mesure où il permet seulement de partager des photos. Instagram est une application mobile qui était proposée avant cette semaine que sur l’iPhone. Elle permet de prendre des photos avec son téléphone, de leur appliquer l’un des nombreux filtres offerts (pour la plupart ils ont un style rétro qui rappelle les vieilles photos d’antan), puis de les partager sur ses réseaux sociaux, dont Facebook.

Certains puristes et professionnels diront que ce type d’application n’a pas de réel intérêt, notamment parce qu’il est facile de publier des photos à propos de n’importe quoi. La retouche étant facilitée, la créativité du photographe amateur peut se montrer rapidement limitée. Pourtant, plusieurs célébrités comme le président américain Obama utilisent Instagram.

Il aura fallu que l’application arrive sur Android et que l’on en parle abondamment durant la même semaine pour que je m’y intéresse. J’ai installé l’application, mais je n’ai pas encore vraiment testé la fonction de retouche des photos. Il y a quelques mois j’ai délaissé Foursquare (on dit à tout le monde à quel endroit on se trouve) sur lequel j’ai perdu tout intérêt. Toutefois, je m’intéresse beaucoup à la photographie, moi qui ai acheté un appareil Reflex il y a trois mois. Est-ce que mon intérêt sera cette fois différent à long terme ? Rien n’est certain, car je n’aime pas vraiment publier toutes sortes de photos sur mes réseaux sociaux.

Quoi qu’il en soit, vous pouvez télécharger et installer Instagram depuis la boutique de Google pour l’essayer : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.instagram.android

Le service de stockage Dropbox double les bonus avec le parrainage

Dropbox est actuellement le service de cloud le plus populaire et le plus utilisé sur le Web. Beaucoup de professionnels et d’entreprises l’utilisent, autant que le grand public. Comparativement à ce que les rumeurs sur Google Drive annoncent (5 Go d’espace gratuit), Dropbox ne propose que 2 Go d’espace à l’ouverture du compte. Heureusement, pour accumuler de l’espace supplémentaire sans avoir à payer des frais de 10 $ par mois pour 50 Go, il est possible de parrainer des personnes qui, à la création d’un compte sur le service et à l’installation du logiciel de synchronisation sur leur ordinateur depuis un lien de parrainage, font augmenter la limite de votre propre compte. Ce sont des bonus.

Or, jusqu’à cette semaine, chaque fois qu’un nouvel utilisateur s’inscrivait à Dropbox grâce au lien de parrainage, 250 Mo d’espace supplémentaire étaient ajoutés au compte du parrain. Le nombre total de bonus obtenus ne pouvait pas aller au-delà de 8 Go. Peut-être que la venue de Google Drive a sonné une cloche chez son concurrent puisque Dropbox a doublé cette semaine la quantité d’espace attribué sous forme de bonus (500 Mo au lieu des 250 Mo). La limite de bonus obtenus grâce au parrainage est désormais fixée à 16 Go.

Pour vous inscrire au service si ce n’est déjà fait, voici mon lien de parrainage (merci à l’avance de votre contribution) : http://db.tt/6Hpd1ee

Un cheval de troie infecte plus de 600 000 Macs d’Apple

De nombreux inconditionnels des ordinateurs de la pomme diront que l’exception ne confirme pas la règle. Mais cette infection de plus d’un demi-million d’ordinateurs Apple par un cheval de Troie depuis les dernières semaines laisse perplexe sur l’avenir de la sécurité du système. Il se vend de plus en plus de Mac sur la planète, enfin beaucoup plus que par les années passées. Est-ce qu’on assistera alors à l’arrivée plus fréquente de virus sur OS X (le terme Mac a été abandonné dans la dernière version du système) étant donné sa popularité croissante? Il est certain que si plus d’utilisateurs possèdent un Mac, plus les pirates seront tentés de découvrir les failles du système d’exploitation pour s’y infiltrer.

Ce qui me dérange un peu dans cette nouvelle que j’ai lue cette semaine, c’est que le logiciel malveillant nommé « BackDoor.Flashback.39 » circule depuis déjà deux mois sur les ordinateurs Mac. Apple a proposé un correctif pour la faille de sécurité exploitée par le cheval de Troie seulement cette semaine, le 4 avril. C’est l’éditeur russe de solutions antivirus, DrWeb qui a estimé le nombre de systèmes infectés à 600 000.

Le malware a utilisé une faille de Java, langage de programmation utilisé sur les sites Internet pour permettre certaines fonctionnalités avancées. En visitant une page infectée, l’utilisateur a installé sans le savoir une Applet Java utilisé par le programme malveillant pour communiquer avec des serveurs Internet ayant pour mission de contrôler les ordinateurs infectés. C’est ce que l’on appelle un réseau de PC zombies (voir cet article que j’ai rédigé en 2008).

Apple a donc enfin publié un correctif pour cette faille que l’on peut télécharger ici : Mac OS X 10.6 et OS X Lion.

La 3D s’invite définitivement sur YouTube dans vos vidéos

En septembre dernier, YouTube proposait une nouvelle fonction en test (Bêta) qui permet depuis à ceux et celles qui publient des vidéos sur le site de les convertir au format 3D. Depuis cette semaine, cette conversion se fait automatiquement sur toutes les vidéos partagées au format HD (1080p). Bien sûr, ce mode ne sera pas activé automatiquement au moment de la lecture puisqu’il faudra des lunettes adéquates pour voir les effets de relief. Si l’utilisateur le désire, il pourra activer la 3D lors du visionnement en cliquant sur un bouton correspondant à cette fonctionnalité.

Pour appliquer la 3D aux vidéos, le système analyse les couleurs, le rendu spatial et le mouvement pour estimer la profondeur de chaque image. Utile ou pas, Google (propriétaire de YouTube) semble bien décidée à démocratiser la 3D à domicile. En effet, YouTube est de plus en plus utilisé dans les appareils de diffusion de contenu comme les Google TV. De plus en plus de télés intelligentes proposent la diffusion du contenu YouTube à l’écran. Il reste à voir maintenant si cette initiative du populaire site de partage de vidéos rendra la 3D plus populaire qu’elle ne l’est auprès du grand public.

J’ai reçu plusieurs bons commentaires à propos de la nouvelle version de mon blogue mise en ligne dimanche dernier. Merci pour vos encouragements et pour les 5 000 abonnés sur Twitter. Rendez-vous samedi prochain pour la onzième édition de La note techno. Bon week-end de Pâques !

Publicité

Partagez cet article !

Récemment dans « Internet »

Sujets connexes

Laisser un commentaire

Nom *

Adresse de courriel *

Site Web

Commentaire *

Merci de commenter cet article. Tous les commentaires publiés sur ce blogue sont modérés et soumis à mon approbation. Votre adresse de courriel est requise, mais ne sera pas visible publiquement.

Consultez la politique de confidentialité de ce site Web pour en savoir plus sur la collecte, la conservation et l'utilisation de vos données personnelles.