• Abonnez-vous à l'infolettre !
Suivez-moi!
Suivez-moi!
Google I/O 2016

Google I/O 2016 : mon résumé des principales annonces en 5 points

Partager » Facebook Twitter

Du 18 au 20 mai 2016 se tient l’événement annuel Google I/O destiné aux développeurs. Comme c’est toujours le cas, les annonces faites durant la conférence d’ouverture de Google finissent par joindre le grand public qui profite des nouveaux produits, services et applications des développeurs. Voici mon résumé des nouveautés qui ont retenu mon attention.

Comme toujours, la conférence Google I/O était présentée en direct sur le Web (à revoir sur YouTube). Petite nouveauté cette année : il était possible de la regarder dans un environnement en réalité virtuelle avec un casque adéquat (dont le Google CardBoard que je me suis promis d’essayer un de ces jours).

Google Assistant : l’intelligence artificielle au cœur des nouveautés

La conférence a commencé avec la présentation d’un nouvel assistant virtuel pour Android qui semble être une évolution de Google Now. Est-ce qu’on aura enfin droit à quelque chose d’aussi intelligent que Siri sur iOS (Apple) ? Il se pourrait bien que oui et je l’espère.

Le nouvel assistant de Google pourra enfin comprendre nos requêtes dans un contexte bien précis, et ce, en tenant compte d’un historique de nos demandes. Il pourra ni plus ni moins, comme Siri, dialoguer avec nous, mais à un niveau supérieur.

Un utilisateur demande, par exemple, à l’assistant des suggestions de films au cinéma pour la soirée. Il s’exécute et lui suggère des films à l’affiche dans les environs. Puis, l’utilisateur mentionne qu’il sera avec des enfants. L’assistant revoit alors ses suggestions pour lui proposer des films plus familiaux. À la fin de la discussion, il lui propose même d’acheter des billets pour le cinéma le plus proche.

Contrairement à certains de ses concurrents, le nouvel assistant virtuel de Google ne se limite pas aux appareils mobiles et peut même être intégré à certains produits, dont « Google Home » présenté plus bas.

Google Home : l’évolution du Chromecast devenu autonome et intelligent

La domotique à la portée de tous, c’est ce que représente ce nouveau gadget. Google Home est une enceinte Wi-Fi contrôlée par la voix qui est capable de jouer de la musique depuis le Cloud et un appareil Android ou iOS, mais pouvant aussi se connecter à tous les appareils intelligents de la maison pour interagir avec eux.

Il pourra, par exemple, diffuser sa musique sur d’autres haut-parleurs de la maison, contrôler le Chromecast branché à la télé ou le thermostat (Nest de Google) pour ajuster la température de la maison et bien plus… Équipé du nouvel assistant virtuel mentionné plus haut, il saura répondre aux questions et demandes de l’utilisateur. Grâce aux applications, il arrivera notamment à gérer des tâches comme le réveil et modifier au besoin son agenda.

Répondant à la voix avec le fameux « OK Google », je me demande ce qui se passera quand Google Home et les téléphones Android dans la maison entendront tous en même temps cette commande qu’ils comprennent. Outre cela, je précise que l’apparence du produit pourra être modifiée avec des couleurs et qu’aucune date (ni de prix) n’a été donnée pour la sortie officielle qui se fera un peu plus tard dans l’année. Voici la démo officielle :

Allo et Duo : encore deux autres applications de messagerie

Comme si l’on n’avait pas assez d’applications de messagerie, Google en a dévoilé une nouvelle baptisée « Allo » qui vient concurrencer sa propre application Hangouts, mais aussi les autres messageries comme WhatsApp, Snapchat et Facebook Messenger. Allo se démarque toutefois par l’intégration de l’intelligence artificielle du nouvel assistant virtuel de Google.

À la manière du nouveau Facebook Messenger présenté lors de la conférence F8 (on s’en est inspiré ?!), l’application Allo permet de dialoguer avec un « bot » de Google qui peut suivre la conversation et répondre à nos questions et demandes. Mais l’intelligence est poussée plus loin.

L’application est capable d’apprendre par elle-même et de répondre à notre place (c’est fort, mais aussi inquiétant à la fois). Votre interlocuteur vous envoie une photo de son chien ? Allo reconnaîtra le sujet et pourra suggérer des réponses comme « Il est beau ton chien ! ». Vous mentionnez à votre interlocuteur que vous souhaitez aller manger dans un resto italien ? L’application proposera tout bonnement dans la conversation des adresses de restaurants susceptibles de vous intéresser.

Les amateurs de messages éphémères à la Snapchat seront heureux d’apprendre que l’application Allo propose ce genre de fonctionnalité et que tous les messages sont chiffrés d’un bout à l’autre. Par ailleurs et contrairement à ses concurrents, elle ne propose pas de fonctionnalité pour la conversation vidéo.

Google a plutôt eu l’idée d’une autre application (encore !!) nommée « Duo » qui se veut simplement être l’alternative Android à Facetime d’Apple sur iOS. Proposant les appels en haute définition, elle se démarque par la fonction de prévisualisation « Toc Toc » (Knock Knock) qui permet de voir la personne avant d’accepter l’appel.

Les deux nouvelles applications de messagerie seront disponibles gratuitement dès cet été sur Android et iOS.

Android N n’a pas encore de nom… c’est le public qui le trouvera !

Sans surprise, Google a parlé de la nouvelle version d’Android pour les téléphones et les tablettes. Portant toujours pour le moment seulement la lettre « N », son nom officiel n’a pas été dévoilé. C’est plutôt les utilisateurs du système de Google qui choisiront ce nom depuis un sondage proposé sur cette page : https://android.com/n. Je ne ferai pas le tour ici des nouveautés d’Android N. Plusieurs sites d’actualité technologique l’ont déjà fait, dont Clubic.com.

Je mentionnerai seulement la nouvelle plateforme de réalité virtuelle « Daydream », dont la technologie sera intégrée à Android N. Elle permet de produire des films ou jeux en réalité virtuelle d’une très grande qualité et d’une meilleure fluidité. Dès cet automne, plusieurs fabricants proposeront des téléphones « Daydream Ready » compatibles et des casques adaptés conçus sur un modèle de Google.

Android Wear : les montres deviennent indépendantes du téléphone

Pour ce qui est d’Android Wear, le système d’exploitation mobile pour les montres connectées, il passe en version 2.0. Il supporte enfin autant les appareils sous iOS (Apple) que ceux sous Android. La nouvelle version met en avant trois principaux éléments, soit la personnalisation des montres (interface), les échanges de message avec les réponses intelligentes vues dans l’application Allo plus haut, de même que le suivi de la santé.

Selon moi, la nouveauté la plus intéressante d’Android Wear est son indépendance face au téléphone. Plusieurs applications n’auront plus besoin de ce dernier pour fonctionner. C’est le cas notamment de toute la partie « fitness » et de la lecture de la musique même lorsque le téléphone est éteint. La version définitive du système arrivera cet automne, sûrement plus rapidement (comme toujours) sur les téléphones Nexus que les autres (j’ai attendu 6 mois pour avoir Android 6 sur mon Galaxy Note 5).

Articles qui pourraient vous intéresser

Paru récemment dans « Techno & Sciences »

Laisser un commentaire

Nom *

Adresse de courriel *

Site Web

Commentaire *

Liens vers cet article :

  1. […] par Google. Ils sont la concrétisation de ce qui avait été annoncé lors de la conférence Google I/O 2016 en mai […]

  2. […] de Google qui a dévoilé des fonctions intelligentes pour son assistant Google Now lors de sa conférence en mai dernier. Le Siri amélioré propose « QuickType » qui rendra le clavier de l’iPhone plus […]

2 commentaires sur « Google I/O 2016 : mon résumé des principales annonces en 5 points »

  1. Mathieu Noël a écrit :

    Merci pour cet article ! Je crois que la domotique pourrait vraiment aider certaines personnes handicapées dans leur domicile.

    Mathieu

    • Dominic Desbiens a répondu :

      Oui absolument, c’est sûrement déjà le cas avec plusieurs appareils. Le problème de la domotique c’est qu’en général elle coûte cher. Le genre de produit proposé par Google ici contribue à « démocratiser » davantage la domotique.