Recherche

Le Blogue

Bulletin électronique

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les derniers articles du blogue.

J'ai lu et accepte la Politique de confidentialité de ce site

Informations

Suivez-moi !

Suivre sur Twitter Suivre sur Facebook Suivre sur Linkedin Suivre sur Google+ Suivre sur YouTube S'abonner au fil RSS
Navette spatiale

Fin de vol pour la navette en 2010

Publié le 9 juillet 2008 | Techno & Sciences | 0 commentaire

On se demandait bien quand la NASA déciderait de mettre au rancart sa navette spatiale vieillissante. L’engin, qui a effectué son premier vol le 12 juin 1981 au centre spatial Kennedy à Cap Canaveral (Floride, sud-est), a été le premier vaisseau spatial conçu pour être réutilisable. Depuis, il a été utilisé des dizaines de fois notamment pour la construction de la Station spatiale internationale (ISS). Rappelant au monde entier de bons et de mauvais souvenirs, la navette spatiale américaine effectuera son dernier vol le 31 mai 2010 et la mise hors service des trois orbiteurs Discovery, Endeavour et Atlantis se fera en septembre de la même année.

Ce sera la fin d’une époque dans la conquête de l’espace. La première navette conçue par la NASA fut Enterprise (à ne pas confondre avec la série télévisée). Le véhicule spatial n’était alors qu’un démonstrateur et n’a jamais effectué de vol dans l’espace. Les autres navettes utilisées par l’Agence spatiale américaine ont été Columbia, Challenger, Discovery, Atlantis et Endeavour.

Les noms Colombia et Challenger rappellent malheureusement de mauvais souvenirs dans l’exploration spatiale. Challenger fut impliquée dans la première grande tragédie de la NASA. Ayant servi pour 9 missions, elle explosa peu de temps après son décollage le 28 janvier 1989 pour sa dixième mission alors qu’elle évoluait à 3 200 km/h. Les sept membres de l’équipage périrent dans l’accident.

Columbia fut la première navette spatiale américaine à effectuer un vol dans l’espace. Son lancement eut lieu le 12 avril 1981. Elle fut utilisée pour la 113e mission de la NASA (cela me rappelle Apollo 13 qui connût un vol catastrophique, mais dont l’équipage fût sain et sauf) qui s’est terminée de façon tragique le premier février 2003. Au moment de son décollage, Columbia perdit une pièce de 700 grammes de mousse isolante du réservoir central qui percuta l’aile gauche et forma un trou de la grosseur d’une valise. La NASA n’en sachant rien, elle autorisa le retour sur Terre de l’équipage composé de sept membres. Au moment de son entrée dans l’atmosphère, la navette se désintégra et causa la mort de tous les astronautes.

La flotte de navettes de la NASA se compose donc actuellement de Discovery, Atlantis et Endeavour, qui sera la dernière navette à effectuer un vol vers la Station spatiale internationale. Deux vols vers l’ISS sont prévus pour la fin de l’année 2008, cinq autres pour 2009 et trois pour 2010. Lors de leur mise hors service en septembre 2010, Discovery aura servi pour 38 missions, Atlantis 32 et Endeavour 25.

Les navettes spatiales de la NASA seront remplacées par des véhicules (Orion) semblables à ceux qui ont été utilisés dans le programme Apollo dans les années 60 et qui ont permis à l’homme de marcher sur la Lune (mission effectuée par Apollo 11). La capsule spatiale sera cette fois réutilisable (environ une dizaine de fois).

Lorsque je vois les chiffres publiés par la NASA sur la chronologie des essais pour ses nouveaux véhicules (un premier retour d’humains sur la Lune en 2019 seulement), je me demande si d’autres agences spatiales (voire des particuliers) ne réussiront pas à faire avancer davantage l’exploration de l’espace que les Américains pourront le faire. D’ici là, j’attends toujours la baisse des prix pour une visite sur l’ISS (on a tous le droit de rêver!).

Publicité

Partagez cet article !

Récemment dans « Techno & Sciences »

Sujets connexes

Laisser un commentaire

Nom *

Adresse de courriel *

Site Web

Commentaire *

Merci de commenter cet article. Tous les commentaires publiés sur ce blogue sont modérés et soumis à mon approbation. Votre adresse de courriel est requise, mais ne sera pas visible publiquement.

Consultez la politique de confidentialité de ce site Web pour en savoir plus sur la collecte, la conservation et l'utilisation de vos données personnelles.