Alors que le monde entier avait les yeux rivés sur une cheminée au Vatican qui allait annoncer l'élection d'un nouveau pape, le Web s'agitait plutôt au gré d'une tempête provoquée par Google. La société a annoncé la fermeture de son service Reader le 1er juillet prochain. Les blogues ont rapidement présenté les alternatives. J'en ai testé quelques-unes, mais deux d'entre elles ont retenu mon attention : NetVibes et Feedly.

Cette annonce de Google a rapidement enflammé les discussions des utilisateurs qui ont signé par milliers des pétitions pour garder leur outil de veille d'information préféré. Il était bien sûr prévisible que de nombreux blogues en fassent la Une de leur site et proposent aux internautes des alternatives à Reader. Parmi ces articles, plusieurs services revenaient fréquemment dans les suggestions proposées. J'ai testé certains d'entre eux en me basant sur un critère primordial pour moi : ils devaient être accessibles depuis le Web, sur un ordinateur comme Google Reader. Pour une question de temps et de rapidité, je fais ma veille principalement sur un navigateur et non sur mon téléphone intelligent (je m'en sers occasionnellement, surtout le soir).

NetVibes, la solution presque parfaite

Parmi les plus populaires, NetVibes m'a semblé intéressant même s'il ne m'a pas séduit lors de mes premières utilisations. La version gratuite permet de s'abonner et de suivre ses flux RSS préférés à la manière de Google Reader. Le service a d'ailleurs publié un article sur son blogue expliquant comment importer ses flux RSS depuis le service de Google. Par ailleurs, il propose diverses façons d'afficher les grands titres d'actualités, dont les mosaïques sous forme d'encadrés (je préfère le bon vieux visuel avec listes comme Google Reader).

La force de NetVibes (toujours la version gratuite) réside entre autres dans ses « dashboard ». Ce sont en quelque sorte des profils, des tableaux de bord que l'on peut configurer séparément (dans un même compte). Chacun peut avoir ses propres listes de flux RSS, disposées d'une manière différente et affichées selon un thème graphique différent des autres profils (plus de 8 000 thèmes proposés). Cette fonctionnalité sera particulièrement utile aux gestionnaires de contenu comme moi qui doivent consulter de nombreuses sources à des fins personnelles, mais aussi professionnelles pour plusieurs clients. Enfin, ceux qui regrettent la disparition prochaine de iGoogle, la page de recherche personnalisée de Google où l'on pouvait ajouter des « widgets », retrouveront une version similaire sur leur compte NetVibes pour consulter leurs informations.

Maintenant, le gros point faible de NetVibes est son absence sur mobile. Il n'y a pas d'application et la version mobile du site ne fonctionne simplement pas à moins d'utiliser celle destinée uniquement à l'iPhone. À noter qu'il existe un service Premium destiné surtout aux professionnels et qui propose, notamment, des outils d'analyse et de collaboration entre entreprises et clients.

NetVibes

Feedly, un service lié à Google Reader qui sera indépendant à sa fermeture

Cette deuxième alternative est très similaire à NetVibes. Par contre, du point de vue visuel, Feedly m'a davantage conquis à la première utilisation. C'est propre, simple et agréable à consulter. Son grand avantage par rapport à NetVibes est toutefois de taille. En effet, vous n'avez pas besoin d'exporter vos flux RSS depuis Google Reader et de les importer dans le nouveau service. Feedly se connecte directement à votre compte Reader pour récupérer vos fils d'information. Ainsi, si vous continuez à utiliser le service de Google jusqu'à sa fermeture, votre Feedly sera toujours synchronisé avec lui.

Mais ce n'est pas tout. Feedly travaille présentement sur le développement d'une API (interface de programmation) basée sur celle de Google Reader. Ce projet est nommé « Normandy ». Concrètement, cela veut dire que lorsque Google fermera son service, Feedly utilisera sa propre plateforme pour continuer à vous offrir le service tout en conservant vos flux RSS. Le changement sera transparent pour les utilisateurs.

Parmi les autres fonctionnalités intéressantes communes aux deux services, citons la possibilité de marquer les actualités pour les lire plus tard et de les partager sur les réseaux sociaux. Encore ici, je trouve qu'elles sont mieux intégrées à Feedly (notamment avec sa petite barre de partage accessible en permanence au bas du navigateur). Malgré tout, ce dernier a deux inconvénients par rapport à NetVibes. D'abord, il est offert seulement en anglais pour le moment (même si l'on peut chercher des sources d'information en français). Ensuite, il requiert l'installation d'une extension sur son navigateur pour être utilisé sur le Web. Cela peut être contraignant pour accéder au service, par exemple, sur un ordinateur public.

Feedly

Mon verdict

Il est difficile pour le moment de me prononcer sur mon choix parmi ces deux services très populaires. Si j'ai tout de suite aimé Feedly, je commence néanmoins à m'habituer à NetVibes que je trouve un peu plus complet (les dashboards sont plutôt pratiques pour une éventuelle utilisation à mon travail). Si ce dernier ne propose pas une application mobile, Feedly pour sa part offre une application iOS, Android et Kindle. Il faudra poursuivre les tests sur les deux services, mais aussi d'autres solutions que j'aurai le temps de tester et de vous présenter d'ici le premier juillet prochain. À suivre...