• Abonnez-vous à l'infolettre !
Suivez-moi!
Suivez-moi!
Chatte nommée Chanelle

Chronique d’une chatte décédée du diabète

12 septembre 2008 | Internet | 14 commentaires
Partager » Facebook Twitter

Ceux et celles qui ont lu mon article sur la mort de mon Beta Splendens en juillet dernier savent que je suis un homme plutôt sensible lorsqu’il est question du décès d’un animal de compagnie. Lorsque j’avais 12 ans, nous avons adopté un lapin nain (oui, ça vit bien dans une maison!) qui a vécu plus de 14 ans (alors qu’en général, ils vivent environ 7 ans). La mort de celui-ci m’a beaucoup affecté. Je revis quelque peu ce moment aujourd’hui avec la belle-famille et ma conjointe alors que nous avons perdu Chanelle, une chatte de (seulement?!) 11 ans. À tous ceux et celles qui ont vécu ou qui vivront la perte d’un animal de compagnie, voici des sites qui pourront apaiser leur chagrin et les aider à prendre soin de leur prochain animal.

J’ai connu Chanelle alors que j’ai rencontré ma présente conjointe il y a de cela maintenant neuf ans. La chatte tigrée, quelque peu sauvage, n’avait alors que deux ans. Je peux donc dire qu’elle a fait partie de ma vie tout au long de son existence. Il y a deux ans, après quelques symptômes qui ont inquiété ses maîtres, un vétérinaire lui a diagnostiqué une maladie (ou plutôt un état de santé) que l’on connaît bien chez les humains : le diabète. Ce même vétérinaire lui avait alors prescrit un traitement qui s’est avéré, semble-t-il, inadéquat (conclusion personnelle à la suite d’une visite effectuée aujourd’hui chez une autre vétérinaire).

Je remercie la clinique du Royaume (boulevard St-Paul, Chicoutimi – Saguenay) pour leur grand professionnalisme. Contrairement à la première clinique vétérinaire visitée à Jonquière (que je ne nommerai pas et dont leur seul avantage est d’être situé à côté d’un restaurant McDonald), celle de Chicoutimi a su diagnostiquer l’état avancé de Chanelle.

Il aurait fallu en effet que le diabète de la chatte soit suivi et contrôlé, comme c’est le cas pour les humains. Cela n’a pas été fait. Je regrette deux choses maintenant. La première, c’est de ne pas avoir été à la bonne clinique vétérinaire dès le départ, et la seconde, de ne pas avoir effectué des recherches sur Internet pour documenter la famille à ce sujet.

Lorsque le diabète du chat n’est pas contrôlé, le corps vient à manquer d’insuline. Les cellules ne pouvant plus produire de l’énergie avec le glucose, elles vont transformer de la graisse pour en obtenir. Cette action des cellules produit toutefois des acides nommés « cétones » qui sont toxiques pour l’animal (source : www.diabete-chien-chat.com.fr).

Les doses d’insuline prescrites par le premier vétérinaire il y a deux ans n’auraient jamais dû être interrompues (contrairement à ce qu’il avait recommandé si l’animal se portait bien…!). De plus, des tests d’urine (dont on ignorait l’existence) ou des prises de sang (glucomètre) auraient dû être effectués régulièrement.

Chanelle a été intoxiquée par les cétones décrites plus haut. Les nerfs étaient atteints, de même que les reins, les yeux et même le cerveau. La chatte souffrait sûrement de cécité depuis un moment déjà. Le cas était critique. Une hospitalisation était nécessaire. Les coûts auraient été de l’ordre de 1 000 $ à 2 000 $. Après les traitements d’urgence, l’animal aurait conservé des séquelles (comme la cécité).

Nous avons dû malheureusement prendre une décision. Chanelle est décédée vers midi d’une euthanasie dont nous n’avons pu assister. Nous avions choisi initialement de faire incinérer la chatte. Nous avons opté plutôt pour l’enterrement derrière la maison. Chanelle repose dans une boîte (pour ne pas dire un vrai cercueil) gentiment offerte par la vétérinaire.

Quelques sites sur les animaux de compagnie

C’est le cœur bien en peine que j’ai fait quelques recherches sur le Web. J’ai trouvé des sites intéressants que je partage dans cet article. Ils parlent, entre autres, des maladies chez les animaux domestiques et certains permettent de partager vos beaux moments avec eux sur le Web.

Tout d’abord, outre le site mentionné plus haut sur le diabète des chiens et des chats, Santé animale propose une foule de renseignements sur la santé des chats, des chiens, des animaux de la ferme et d’autres animaux domestiques. Les informations utiles sont offertes par les vétérinaires canadiens. Un répertoire pour trouver une clinique (espérant que leurs vétérinaires soient tous compétents) est également proposé.

En complément, vous trouverez sur le site Vivelesanimaux.com de la documentation sur les chats et les chiens. Il donne des conseils et informe sur certaines maladies. Un forum permet également de partager ses photos et d’obtenir des réponses à vos questions.

Le site Veterinet est une source pour tout savoir sur les animaux au Québec. Au menu, des chroniques santé, de l’actualité et un excellent répertoire de sites.

Nous, internautes, avons droit à des sites comme FaceBook où l’on partage une foule de choses avec la communauté Web. Pourquoi notre animal de compagnie n’aurait-il pas droit à son propre site du Web 2.0? C’est ce que vous trouverez sur Mon Fidel Ami où vous pourrez publier des photos et des moments de vie de votre animal de compagnie. Vous pourrez également leur rendre un hommage d’une façon très particulière après leur décès. Enfin, ce site propose aussi des conseils sur leur santé et bien-être.

Bien qu’il soit Français, le site Tele-Animaux pourra sûrement vous intéresser. Il vous informe avec de l’actualité, des chroniques et des dossiers. Il offre certains contenus sous forme de Podcast pour votre baladeur numérique comme l’iPod. Son intérêt est surtout la possibilité de publier des photos et des vidéos de votre animal.

Pourquoi ne pas jeter un coup d’œil également sur l’encyclopédie Wikipédia où vous trouverez de nombreuses informations sur les chats, les chiens et d’autres animaux de compagnie.

Enfin, si le décès de votre animal domestique vous afflige de nombreux sentiments, voici Le Mausolée qui permettra de mieux comprendre votre chagrin et votre douleur. Vous pourrez dans cet atmosphère paisible poster un hommage dans le colombarium et discuter sur le forum. Je trouve malheureux toutefois que les auteurs demandent une somme d’argent pour immortaliser sur le Web son animal avec une photo…

Je terminerai cet article en publiant trois photos (en plus de celle en introduction) de Chanelle qui ont toutes été prises entre 2006 et 2008. Mes condoléances à ma conjointe et à la belle-famille! Si vous avez envie de partager certains moments ou de suggérer des sites en rapport avec le sujet, n’hésitez pas à ajouter votre commentaire.

Chanelle

Chanelle

Chanelle

Articles qui pourraient vous intéresser

Paru récemment dans « Internet »

Laisser un commentaire

Nom *

Adresse de courriel *

Site Web

Commentaire *

14 commentaires sur « Chronique d’une chatte décédée du diabète »

  1. amy a écrit :

    Bonjour

    Effectivement , le diagnostic varie d’une clinique à l’autre par conséquent , si l’animal n’est pas au bord de sa vie , faire plusieurs vétérinaire peut permettre d’apporter un mieux préparant si il est en phase terminale l’animal à partir .
    Pour une Téquila scottish terrier , plusieurs vétérinaire ont été vu car pour son lymphome elle ne supportait pas le 1er protocole et puis elle avait été adoptée à 9 ans par conséquent le simple fait devoir rester en clinique 48 heure et le reste l’auraient plus mise à mal et le résultat négatif .
    Sur internet faisant r echerche j’ai trouvé un vétérinaire Homéopathe , ce dernier suiva Téquila en phase terminale et la prépara à son départ elle décèdera à la maison dans son sommeil .
    Pour bichette se fut une autre histoire , rapatriée à la maison après le d écès de papa et de Téquila 2 mois après ,nous trouvames une petite grosseur
    sur le thorax , un c ancer prenait lui aussi ses quartier , Bichette adoptée aussi par papa il avait à ce moment 80 ans , l’avait récupérée de la rue, quasi sauvage , ayant aussi vécu divers traumatismes coup de pieds de pelle avait donc pris ses distances avec le genre humains impossible donc de la manoeuvrer du haut de ses 11 ans également . s’adaptant à son nouvel environnement et vie , nous décidames de la laisser tranquille , elle vécu pendant 3 ans sans nous laisser voir la moindre souffrance , nous l’entourions de notre affection et nous apprécions également la sienne , toute douce et calme elle apportait sagesse et équilibre à la maison .
    Le cancer bien entendu arriva au point fatal , je du la porter à la clinique vétérinaire un dimanche d’avant noel, me faire remonter les brettelles mais le pauvres ne connaissait pas l’histoire ou les 4 vies de Bichette une petite alternative fut présentée souffrant d’un épanchement pleural elle allait s’étouffer dans la soirée , une ponction pouvait être faite , une petit mieux pour retarder son d épart , mais cela ne changeait pas le diagnostique , métastases pulmonaires empêchant Bichette de respirer et aux poumons de faire leur travail , ce qui ne l’empêcheraient pas de souffrir encore .
    Cette proposition me sembla plus faite pour le maitre , bien sur l’aimant attachée à elle , venant en espérant lui apporter soulagement , je choisi
    de la faire partir , car elle souffrait de trop et les manipulations radio , anesthésie , ponction , reveil , à rester à la clinique toute seule avec des compagnons d’infortune sans notre présence lui aurait été fatal et elle serait partie dans de mauvaises conditions ,
    Là je restais sur ma demande a ses côtés , pendant l’anesthésie , la caressant et parlant avec le vétérinaire , ce qui la détenda , et elle s’endormit , le vétérinaire l’euthanasia ensuite sans moi il ne voulait pas que je sois présente ; je restais donc seule dans la salle de consultation avec sa boite vide , ce fut pour moi un instant étrange , je ressentis d’une part une très grande brulure , impossible de pleurer , j’aurais voulu crier , mais cela m’aurait été impossible , je m’assis sur la chaise et là je l’ a senti partir à une vitesse et une force dépassant tout entendement .
    Peu de temps après j’étais vidée , sonnée , je réglais le vétérinaire en état second , rentrais à la maison , sur ma route je fut bloquée par les festivités de noel , défilé de majorette en père noel , je me posais donc cette interrogation où est notre essentiel dans nos vies , lorsque le dérisoire l’emporte ! manifestement , insoutenable légereté de l’homme .
    je devais annoncer à la maison le départ de Bichette , se fut terrible ,
    j’avais mal de ce lien qui se transformait , cependant la force du d épart de Bichette , m’apportait , un autre regard , sur la façon de voir le mot mort
    et comprenait que seule l’énergie de bichette était liée aux échanges d’affection , et non toutes les émotions vécues me renvoyant automatiquement en mode raison .
    Son collier récupéré à la clinique que j’avais machinalement mis à mon poignet pour ne par le perdre (idiot je pouvais le mettre dans sa boite )
    m’a apporté une grande sérénité et de belles images mentales de nos
    calins faits peu de temps , Samedi , de sa petites marque d’affection peu de temps avant de partir à la clinique ,
    Le voyage de bichette sera accompagnés de ces échanges et nous apporterons paix à toutes les deux et à toute la maison , elle reste donc par son énergie présente .

  2. Annie a écrit :

    Moi aussi je suis très inquiète pour ma chatte qui a perdu la majorité de ses dents à cause d’un diabète avancé qu’on lui a diagnostiqué récemment. Je suis extrêmement triste de son état de santé. Nous avons fait tous les efforts possibles pour bien la nourrir mais le traitement dentaire qu’on e suggère est très cher. Le diagnostic du diabète m’a coûté très cher ( je dis cela en rapport avec mon budget mensuel). Le traitement d’injections d’insuline n’a pas encore commencé et je sens déjà coupable à l’idée d’envisager une euthanasie.
    Cette chatte m’a apporté beaucoup des moments de bonheur, j’aimerais bien lui offrir mieux mais c’est impossible car j’ai d’autres responsabilités et d’autres chats à prendre soin. Je me sens impuissante devant cette maladie et ce traitement. Mon raisonnement est juste? Que dois je faire?

    • Dominic Desbiens a répondu :

      @Annie merci pour le témoignage. Voilà une excellente question : que faire ? C’est une décision qui est bien personnelle, mais un choix qui doit se faire. Si l’animal, fidèle compagnon que l’on adore, est mal en point et souffre, l’euthanasie est davantage justifiée. Les traitements peuvent effectivement être très dispendieux et il faut voir si ça vaut le coût de continuer. En vous souhaitant bon courage.

  3. SB a écrit :

    Bonjour,

    je viens auprès de vous afin de me renseigner. J’ai perdu mon chat âgé de 12 ans la semaine dernière. Il n’arrêtait pas d’éternuer alors nous l’avons emmené chez le véto.
    Celui-ci a décidé de lui extraire une dent. 2-3 mois plus tard, notre chat buvait énormément (toutes les 25 minutes). Nous nous inquiétions pour ses éternuements mais à aucun moment pour sa soif inhabituelle.
    Par ailleurs, notre chat continuait sa petite vie, se toilettait, mangeait bien, jouait.

    Il est mort en moins de 30 minutes. Nous l’avons retrouvé allongé sur le flanc, menton relevé et langue tirée.

    Pensez-vous qu’un chat peut mourir du diabète comme ça, sans d’autres signes qu’une grande soif sur 2-3 mois ?
    Nous sommes choquées par ce qu’il lui est arrivé,

    Bien à vous.

    • Dominic Desbiens a répondu :

      @SB C’est triste votre histoire… Je ne suis pas vétérinaire, je ne peux pas vraiment répondre à votre questionnement. Je me demande si c’est du diabète ou une infection suite à l’extraction des dents…? Lorsque vous vous êtes rendu compte que le chat buvait autant, vous n’avez pas pensé demander au vétérinaire ? Il y a des tests à faire, comme chez l’humain, pour savoir si le chat a oui ou non le diabète. Mes sympathies pour la perte de votre chat.

    • SB a répondu :

      Bonjour Dominic,
      J’ai emmené mon p’tit lou 3 fois chez le véto après son extraction dentaire. Il s’était attrapé la teigne chez lui (et c’est à se demander s’il ne fait pas exprès de mal désinfecter…)…, il a donc eu le droit à des tas de médicaments. C’est simple, sur 5 mois, il n’a dû avoir qu’un petit mois sans traitement. Mais c’était pour des maladies curables.
      Malheureusement, je dois avouer que je ne me suis pas plus inquiétée que ça de le voir boire autant. J’ai pensé « son alimentation doit être trop salée » et « son extraction dentaire a dû lui assécher la gorge ». Je m’inquiétais plus pour ses éternuements mais j’ai vu deux vétos et aucun des deux ne m’a donné les bons médocs et un nom sur son problème.

      Nous sommes très mal informés, il faut bien l’avouer. Puis les vétos aiment revoir le « client » donc ça les éclate de donner des médocs pour un rhume, de voir revenir le client puis cette fois, faire une extraction, etc.
      J’ai un autre chat qui a fait une maladie rénale. Lui avait beaucoup maigri donc j’ai pu le sauver.
      Mon p’tit père, lui, ses signes étaient peu inquiétants (pour qqn qui n’a jamais été en contact avec cette maladie). Il n’avait pas maigri, mangeait bien, tout semblait aller.
      Ca me fait mal au coeur, mais si seulement j’avais su…

      Diabète, maladies rénales sont maladies courantes. Les vétos devraient fournir à tous les clients un petit fascicule de prévention quand on va vacciner nos loulous la première fois.

      En deux semaines de soif, ça a vraiment été trop vite…si ça avait duré sur 3, on se serait certainement posé plus de questions mais là, nous pensions surtout que c’était une alimentation salée (sachant qu’en plus, nous venions de changer de marque de croquettes)

      Quel gâchis.

  4. ENARD a écrit :

    bonjour j’écris ce petit mot car je suis en pleine détresse concernant mon amour de chat Arthur 14 ans, rien à voir avec le diabète, mais un glaucome avec suspicion de tumeur cancéreuse, j’ai besoin de parler de mon impuissance de le soulager d’atténuer sa souffrance si ce n’est hélas de prendre la décision de son départ pour un monde sans souffrance, j’angoisse terriblement à la pensée de cette démarche irrémédiable qui se fera je pense cette semaine car je ne supporte plus de le voir souffrir en silence, je l’aime tellement, voilà si quelqu’un peut ou veut bien me soutenir dans cette terrible décision je le remercie de tout coeur, car je craque et sombre dans le chagrin cordialement

    • Dominic Desbiens a répondu :

      Bonjour,

      Tout ce que j’avais à dire sur le sujet est dans cet article et mes précédents commentaires. Toutefois, pour avoir vécu l’expérience pénible qu’est l’euthanasie, je peux juste vous dire que nous ne regrettons pas notre geste aujourd’hui. C’est un dur coup sur le moment (que je vous conseille de passer avec quelque de confiance autour de vous et qui ne vous jugera pas!), mais au fil des semaines et des mois qui passeront, je peux vous assurer que vous vous sentirez mieux d’avoir pris cette décision plutôt que de le voir souffrir (et je crois que de voir souffrir son animal cause déjà plus de chagrin que de prendre la décision de le laisser partir…). Allez, bonne chance et redonnez-nous des nouvelles!

    • amy a répondu :

      Bonjour

      Avec toute ma compassion pour vous et votre chat , si il souffre qu’il vous demande de faire quelque chose ( autre que la nourriture ) en vous fixant au plus profond de votre regard , le temps est venu pour lui .
      Portez le à la clinique voyez avec le Vétérinaire si une solution de soulagement des douleurs est possibles vous permettant de rentrer chez vous avec lui ,et de l’accompagner dans ses derniers instants chez lui .
      si cela doit générer une hospitalisation , petit séjour , pour qu’il doive
      partir ensuite NON , pensez à lui en tout premier lieu vouloir le garder , ne l’aidera pas à passer , et cela sera terrible pour vous .
      euthanasie est décision délicate , si les fonctions vitales sont atteintes , soient en décompensations des suites du développement du cancer ,
      il est préférable de prendre cette décision qui soulagera votre petit compagnon de douleurs ou d’une agonie lente et douloureuse également si vous n’avait rien pour atténuer cela chez vous et lui permettre de partir .
      Soyez a ses côtés , comme pour lui donner un soin ou pour jouer avec lui
      je sais que c’est très dur , mais il vaut mieux éviter d’être en larmes votre compagon ressentira du stress chez vous , et sera angoissé pendant sa phase sommeil , ayez avec lui les derniers instants d’échanges d’affection caresses , chatouillis et tout ce qu’il aime , parlez lui rassurez le
      si le veto est sympa il viendra parler avec vous de votre chat cela vous détendra également , il partira sereinement , s’étant endormi sereinement en entendant le son de votre voix le rassurer , et avec toute votre énergie de votre amour , cela lui donnera de belles ailes bien fortes pour faire le passage . vous voyagerez désormais aussi avec lui dans ses divers mondes
      et son énergie elle aussi restera en vous et il vous soutiendra ! aussi
      le plus échange d’accompagnement qu’il soit
      si le mal en rentrant à la maison est trop grand prenez son cousin , couverture dans vos bras tout contre vous comme si il était dans vos bras et parlez lui c’est ce j’ai fait en rentrant à la maison avant de ranger sereinement ses affaires je venais de lui acheter 24 sachets almo !
      vous ressentirez son énergie qui vous aidera et son affection en lien ,
      entre vous vous vous aiderez , lui dans la venue de son nouveau monde et vous aussi dans la construction d’une nouvelle histoire avec lui et d’une vie
      spirituelle avec lui éternelle .

  5. Catherine a écrit :

    Je sais que ma chatte est diabétique depuis au moins 5 ans, je la soignais avec de l’homéopathie. Aujourd’hui à 13 ans, je pense qu’elle rentre dans un stade avancé parce qu’elle a mal au pattes arrières. J’avais pris la décision de ne pas faire de traitement à l’insuline car elle semblait tellement aller bien malgré tout mais je me rends à l’évidence qu’elle va bientôt mourir. Le problème c’est que je ne suis pas prête, ce chat m’a aidée plus que tout autre chose et aussi j’ai besoin de savoir quand sera le temps de la faire euthanasier, j’ai peur d’attendre trop longtemps, j’ai peur de le faire trop tôt. Moi qui pensais qu’elle en avait pour encore 2 ans…

    Je sais que votre billet date de plus de 2 ans mais je me sens un peu traumatisée et vous en parler me soulage.
    merci,

    • Dominic Desbiens a répondu :

      Bonjour Catherine, ce billet a beau dater de deux ans, il reste toujours d’actualité. Aussi, la perte d’un animal de compagnie qui vit avec nous depuis plus de dix ans, ce n’est pas facile. J’ai eu un lapin nain étant adolescent qui devait vivre sept ans (espérance de vie de cette race) et il a vécu 14 ans! Avant son décès, il a été quelques jours à ne presque plus bouger dans la cage. Mais au moins, nous n’avons pas eu à l’euthanasier.

      La décision est difficile à prendre. Le mieux est de rencontrer un ou une spécialiste des chats (pour Chanelle, nous sommes allé chez une vétérinaire qui ne traite que des chats). Si votre minou a de la difficulté à marcher avec ses pattes arrière, c’est que le « poison » résultant de la maladie a commencé à se répandre dans ses muscles et ses nerfs. Chanelle était dans un stade avancé sans qu’on ne le sache, elle était même à moitié aveugle. Ce pourquoi elle n’avait presque plus de réaction lorsqu’on bougeait rapidement la main devant elle et qu’elle poussait un miaulement quand on essayait de la prendre (ne voyant plus ses maitres elle se sentait alors insécure).

      Le mieux est de consulter. La décision sera difficile à prendre, mais pensez plutôt aux souffrances que pourra endurer votre chatte et ça vous aidera à prendre la bonne décision.

      N’hésitez pas à écrire une suite à votre commentaire pour nous tenir au courant…

  6. chantal a écrit :

    moi aussi j’ai perdu mon frimousse.cette annèe il avait 6g de diabete il me manque beaucoup .il avait 11 ans.quand on c’est appercue de sa maladie il etait trop tard pour le soigner.il et mort en quelques jour.amities

    • Dominic Desbiens a répondu :

      Voilà une histoire qui ressemble à la nôtre. Je vous souhaite bon courage et j’espère que mon article aura pu vous faire passer un meilleur moment que ce que vous avez vécu avec le décès de votre bon ami.