Cela n'est pas vraiment une surprise. Mais l'annonce rendra nostalgiques les « anciens » geeks qui se plaisent à aimer les vieilles technologies. Sony a annoncé qu'elle cessera définitivement de produire des disquettes 3,5 pouces l'an prochain. C'est donc la fin pour une icône de l'informatique.

Elle a été créée en 1981. Elle a remplacé les grosses disquettes 5,5 pouces qui ont été à une époque la seule unité de stockage des ordinateurs personnels (les programmes étaient lancés sur la disquette puisqu'il n'y avait pas de disque dur).

La disquette 3,5 pouces servait à transporter des données et avait une capacité de 1,44 Mo. C'est bien peu si on la compare aujourd'hui aux clés USB qui ont toutes pratiquement plus de 512 Mo de mémoire.

C'est d'ailleurs ces dernières qui lui ont volé sa place. Il y a quelques années, les fabricants ont cessé d'intégrer à leurs machines un lecteur de disquette pour leur ajouter plus de ports USB pouvant accueillir les clés à mémoire Flash. Les graveurs CD et DVD en standard ont également contribué à sa disparition.

Après le retrait de ce marché des compagnies Hitachi et Mitsubishi, Sony était la seule compagnie à produire encore des disquettes 3,5 pouces (appelées aussi « Floppy Disk »). Avec l'arrivée massive des clés USB, ainsi que la présence soutenue des lecteurs DVD et du stockage en ligne, la demande pour les disquettes n'a cessé de diminuer ces dernières années.

Ainsi, le Japon est le dernier pays où l'on produit encore des disquettes. En effet, il ne s'en construit plus ailleurs dans le monde depuis mars 2009. Même s'il s'est vendu encore 8.5 millions de disquettes dans ce pays en 2009, Sony cessera la production de cet ancêtre de la sauvegarde en mars 2011.